vendredi 3 février 2006

Centre Aquatique : un projet trop gros ?


Piscine de Cognac : aujoud'hui et demain
La Communauté de Communes (CdC) a dans ces cartons depuis un moment déjà un projet de "Centre Nautique" pour remplacer la piscine municipale (l'offre de marché public pour un cabinet de conseil a été lancé en août 2004).
Ce mois-ci les choses ce précise sérieusement, puisque le projet est présenté aux citoyens dans le magazine municipal et que cela a remuer le dernier conseil de la CdC.

Le projet est présenté comme répondant aux besoins des habitants (j'ai pas entendu parler d'enquête publique mais je suis peut-être le seul) et à la réputation sportive de la ville (sic). Le conseil de la CdC a révélé qu'il s'agit aussi de rivaliser avec les autres centres de la région (Nautilis à Angoulème et Les Antilles à Jonzac) et que nombre d'élus tiennent au volet ludique du futur centre tandis que d'autres semble déjà regretter leur vote de juin dernier.
Les remous du conseil tournait autour de l'augmentation du budget (+180 000 euros) qui amène le projet au rondelet budget de 9 342 000 euros (j'ai bien écris euros ce n'est pas une erreur) et qui commence a en effrayer certains.

Ce qui est très inquiétant, c'est que rien n'est dit au sujet du tarif d'accès pour le public a ce futur complexe. A mots couverts il est ressorti que cette question sera sujet a discussion, notamment pour les efforts tarifaires a fournir pour les écoles et les clubs sportifs. On notera aussi avec intérêt que nos élus ont voter le projet de centre nautique sans que la question tarifaire ne soit évoquée !
Etonamment un déficit structurel annuel d'environ -450 000 euros (la piscine actuelle serait à -300 000 euros) a été annoncé lors de conseil. Personnellement j'aimerai bien savoir comment a put être estimé un déficit sans qu'une hypothèse sur les tarifs n'ait été prise en compte ; on croit rêver !

Pour calmer les esprits échauffés Jérome Mouhot (maire de Cognac) a proposé que Cognac prenne en charge 150 000 euros de ce déficit afin de rééquilibrer pour la Cdc : un cadeau qui n'a pas empêcher 2 oppositions et 15 abstentions. Le nouveau budget est quand même adopté a la majorité.

Il est donc maintenant tenu pour acquis que le Centre Nautique comprendra :
  • un hall couvert (structure de verre)
  • unité vestiaire et locaux techniques
  • espace couvert (structure de verre)
    • 1 bassin sportif de 6 couloirs
    • 1 bassin d'apprentissage
    • 1 bassin ludique
    • 1 bassin balnéo
    • 1 toboggan
  • espace extérieur
    • 1 bassin de nage de 4 couloirs
    • 1 bassin pour les grands
    • 1 bassin pour les moyens
    • 1 bassin pour les petits
    • 1 espace enfant
    • espace paysagé
  • Un total de 1845 m2 de bassins
  • pour un budget de 9 342 000 euros
  • et un déficit annuel d'au moins 450 000 euros
Les travaux devraient débuter fin 2006 et durer 2 ans ; la piscine d'hiver restera a priori ouverte et le terrain de rugby ne sera pas touché (comme ce fut imaginé dans le pré-projet qui devait comporter une unité hammam/sauna qui a été réduite en balnéo).

On notera pour ce "rassurer" sur les futurs tarifs qu'au dernier conseil municipal les tarifs 2006 n'ont pas été augmentés "du fait même du futur projet" (moi ça m'inquiète).
Donc cet hiver et cet été profitez bien de l'ancienne piscine au tarif de 2,40 euros (adultes) avant que ça change.
A titre indicatif les tarifs (adultes) des centres nautiques "rivaux" sont de 4,30 euros (5,10 l'été) pour Nautilis et de 8,25 euros pour Les Antilles.

5 commentaires:

Docteur Aparis Michel a dit…

Un projet "pharaonique" répondant peut être aux besoins de nos concitoyens (bien qu'il n'ait eu d'enquête public) mais surement pas au budget de notre cité. Le déficit de fonctionnement de cette structure se situera autour de 700 000 euros (Info venant d'un vice président de la CdC) et ne pourra être supporté que par une nouvelle augmentation de la taxe professionnelle qui vient de prendre une hausse de 3,6% et sur Cognac par une nouvelle augmentation des impôts locaux qui pour mémoire ont pris 6% d'augmentation l'an dernier.

Comme il est aisé de faire des projets avec l'impôt.

pad a dit…

L'augmentation des impots locaux est malheureusement déjà presque une certitude au vu des éléments financiers tels que présentés au dernier conseil municipaL
Vous parlez d'un déficit de 700 000 euros, officieusement le président a annoncé environ 450 000 euros (qui paraissait bien faible vu les 300 000 de l'actuelle piscine).
Mais pour estimer ce déficit une projetion a bien été faite sur les prix d'entrée pour le public ?

Et tout ça c'est sans compter les 4 600 000 euros d'investissement pour le projet du futur complexe cinématographique de la place françois 1er, alors que l'on a annoncé qu'il fallait réduire les investissements de la ville pour maintenir le budget... J'espère y revenir très ientôt dès que j'aurai quelques infos complémentaires sur ce dossier.

Jérôme MOUHOT a dit…

Réponse à Michel Aparis

Le Docteur Aparis pose toujours, ce qui est son droit, son regard de grand sage sur les affaires municipales.
Mais ses anciennes et longues années de mandat ne l’empêchent nullement de faire quelques confusions et approximations dans l’approche des choses.
Je souhaite donc lui apporter très amicalement quelques précisions.
Le futur Centre aquatique (et non nautique) correspondra aux nouveaux besoins de la population du territoire communautaire qui, comme sur tout le territoire national, évoluent et se tournent vers une pratique moins sportive et plus ludique de la natation.
Les installations actuelles répondent à un concept aujourd’hui largement dépassé, qui n’est plus en phase avec les exigences d’aujourd’hui.
Partant de ce constat, les élus communautaires ont lancé ce projet, mais tout en ayant précisément à l’esprit de créer un nouveau centre qui ne soit pas démesuré par rapport aux dimensions de notre territoire.
Ce projet n’a rien à voir avec les Antilles de Jonzac ou Nautilis à Angoulême, deux réalisations que les élus ont d’ailleurs visité afin d’éviter quelques écueils, en particulier en terme d’impact financier.
Ceci étant rappelé, je constate que le Docteur Aparis confond allègrement la Communauté de Communes de COGNAC et la Ville de COGNAC; ainsi, le financement du centre aquatique sera assuré par le budget de la Communauté de Communes et non celui de la Ville. Or, Michel Aparis cite les orientations budgétaires de la Ville et les difficultés municipales à boucler le budget sans fiscalité supplémentaire, dont il aurait pu rappeler, soucieux du détail comme il l’est, qu’elle demeure en tout état de cause parmi les plus basses de France pour les villes moyennes comme la nôtre.
Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour préciser que si la fiscalité a été légèrement augmentée, c’est pour faire face aux coûts engendrés par le fonctionnement des nouveaux équipements, tels que l’Espace 3000 ou le Musée des Arts du Cognac, à la création desquels l’ancien adjoint au Maire qu’est Michel Aparis n’est pas étranger…
Je précise que la prospective financière réalisée avec le cabinet KPMG sur 2004-2005 a permis de montrer la faisabilité financière de l'ensemble du programme pluriannuel d'investissements (dont fait partie le centre aquatique) de 2005 à 2009.
Quant au déficit prévisionnel, celui-ci s’élève à 450 000 euros.
Enfin, j’ajoute qu’afin de maîtriser les coûts, le complexe sera géré en régie directe, la collectivité ne souhaitant pas se dessaisir de la gestion de ce nouvel équipement en le confiant à un privé qui rechercherait du profit...

Jérôme MOUHOT
Maire de Cognac
Président de la Communauté de Communes

pad a dit…

Vous pouvez toujours bien sur vous battre a coup de chiffre sur le déficit. Ce qui intéresse réellement vos administrés c'est le tarif qui sera pratiqué. Et je ne comprend toujours pas comment il est possible d'établir un déficit prévisionnel si aucun scénario n'a été établit sur ce tarif (au moins prévisionnel) qui doit pourtant entrer dans les recettes ?

Quand aux besoins des usagers je ne les connais pas mais il reste bien que aucune enquête n'a été réalisé auprès d'eux.

La gestion en régie est une bonne nouvelle.

Vivre en village a dit…

Lors du dernier conseil communautaire du 23 mars le spectacle offert par les élus, Président de la Communauté de Communes de Cognac en « tête de cordée » , a approché le sommet du ridicule : des élus qui votent quasiment sans savoir quels sont les axes majeurs du projet (prenez position « je vous ferais faire après une présentation par l’architecte » çà au moins ç’est rassurant !!!), pas un seul s’est exprimé pour parler des attentes de la population (en nature d’installation, en pratique tarifaire…etc), pas un seul a été capable de citer un exemple de réalisation approchant ce qui se concocte comme si en France il n’y aurait pas eu de projet ou réalisation de cette nature, et comble du comble on retiendra finalement un cabinet de maîtrise d’ouvrage sur lequel le groupe de pilotage (a priori celui qui travaille sur le sujet) a émis les plus vives réserves en particulier celle de voir sous l’influence de ce cabinet le projet prendre une dimension excessive.
Nous simples spectateurs, nous avons vraiment eu l’impression d’être sur une autre planète, une planète d’un « système étriqué » où l’à peu prés, le flou, les petits arrangements, le jeu de la barbichette (je te tiens , tu me tiens …) ont été instituées en règles de fonctionnement.
Nous avons été en particulier abasourdis que soient toujours citées les mêmes contre-références comme les Antilles de Jonzac ou Nautilis à Angoulême.
Tout modestement, nous nous contenterons de signaler qu’à Saint-Jean D’Angély (à 36 km de Cognac), il existe un centre aquatique baptisé Atlantys en service depuis 1999 auprès duquel il devrait être facile d’obtenir une mine d’informations tant techniques, que sur le plan de l’exploitation (coûts, fréquentation, …etc).
Vous pouvez en faire une découverte à l’adresse suivante
http://www.angely.net/01-VIVRE/01-Sport/02-Infrastructures/atlantys.php
Vous aurez aussi l’occasion de vous faire une idée des tarifs pratiqués selon les services et le type de clientèle.
Maintenant quant à nos « décideurs », nous aimerions bien savoir s’ils en ont fait l’approche et savoir ce qu’ils en ont retiré car là y a du concret avec possibilité d’en tirer des enseignements … pour le citoyen d’abord !!!